lundi 26 septembre 2022

Jean Ravier

Jean Ravier est parti vendredi à l’âge de 88 ans et le temps s’est un peu suspendu. Peut-être les parois pyrénéennes se sont-elles mises à l’ombre depuis pour cacher leur tristesse ? Peut-être pleurent t’elles discrètement à la faveur d’un nuage lourd de menaces ? Je préfère penser qu’elles sourient fièrement lorsqu’un rayon de soleil épars vient les enflammer, en souvenir de cette cordée espiègle et décalée, celle de Jean et Pierre, mais aussi de leurs nombreux amis, qu’ils n’hésitaient pas à embarquer dans leurs aventures verticales et rocambolesques. Merci Jean.




dimanche 25 septembre 2022

Face nord de l'Ossau

Vendredi par une belle journée automnale, nous étions à la face nord de l'Ossau par la vire de l'Embarradère avec Joël



jeudi 22 septembre 2022

Au Quayrat

Patrick a eu la bonne idée de me proposer d'aller grimper dans le Luchonnais où je n'avais plus été depuis fort longtemps. Concernant cette voie Ravier au Quayrat en l'occurence, je l'avais gravie une fois il y a 23 ans déjà. Une belle journée d'automne avec une petite soirée sympa au refuge d'Espingo. Qu'on est bien dans les Pyrénées ! Un grand merci à Sergio Marco qui m'a fourni une bonne photo de la face pour faire le topo ci-dessous





 


mardi 6 septembre 2022

Topo d'escalade sur le Cirque de Lescun

Francois Carrafancq et Christian Ravier sont entrain de réaliser un topo d’escalade (voies rocheuses) sur le Cirque de Lescun (entre le vallon de Lazerque et les Orgues du Boué). Si vous avez matières (textes, topos inédits, photos) qui pourraient enrichir leur travail, elles seront les bienvenues. Merci pour eux.
Contact : Christian Ravier cravier@club-internet.fr

Francois Carrafancq y Christian Ravier estan en el proceso de hacer un topo de escalada (vías rocosas) en el Cirque de Lescun (entre el valle de Lazerque y los Organos du Boué). Si tienes materiales (textos, topos inéditos, fotos) que puedan enriquecer su trabajo, serán bienvenidos. Gracias por ellos
Contacto : Christian Ravier cravier@club-internet.fr


 

lundi 5 septembre 2022

Opération Tarentaise

Cet été en rentrant de la Meije, je suis passé en voiture par le col du Glandon versant Maurienne. Une route qui m'a paru magnifique et aussi rappelé mon ignorance de tous ces grands cols alpins dont on entend plus particulièrement parler lors du frénétique Tour de France. Ce beau Glandon m'a donné l'idée de consacrer une semaine à pédaler dans le coin en septembre avant de reprendre du service à l'ENSA à Chamonix. Parti avec comme première idée de faire une boucle en itinérance entre Tarentaise, Maurienne et Romanche, en mode léger comme j'aime, le prix des hébergements dans ces coins a un peu calmé mes ardeurs. En regardant plus précisément les cartes, je me suis dis qu'il y avait déjà de quoi pas mal s'occuper pendant quelques jours en Tarentaise uniquement, si, en collectionneur invétéré que je suis, je prenais les uns après les autres depuis le fond de la vallée tous les cols et montées en stations. De plus Kaoli m'a proposé de me prêter son camion pour me poser le soir, ce qui a fini de me décider pour cette option. Voici un résumé des ascensions effectuées (en aller-retour donc) de lundi à vendredi dernier :

Je ne connaissais presque pas le coin à part un peu la Grande Casse et le Grand Bec en alpinisme, honnêtement bien peu attiré par l'industrie hivernale de la glisse qui, comme je l'ai constaté avec tous les chantiers en cours à l'approche de la prochaine saison, continue son immuable extension. Toujours plus haut, toujours plus équipé, toujours plus destructeur et consommateur d'énergie, toujours plus destiné à une élite financière, avec des hôtels 5 étoiles en construction partout, qui seront fermés 8 mois par an, mais qu'importe, ou des résidences secondaires de luxe occupées une ou deux semaines à l'année. À vrai dire, c'est un sentiment d'écœurement et de décalage qui l'a emporté en accédant à certaines de ces usines à cash aux paysages sacrifiés.

Par contre, j'ai aimé les petits villages de vallée, le bar de Landry où j'avais pris mes habitudes pour la bière de récupération, le petit coin tranquille où je me posais le soir à Sangot, les nombreuses fontaines permettant de se ravitailler... Côté cyclisme, mentions spéciales pour les 28 épingles de la petite route déserte aux senteurs méditerranéennes entre Saint Marcel et Notre-Dame-du-Pré, pour la belle apparition de l'Aiguille des Glaciers en montant le Cormet de Roselend, pour la régularité et douceur de la pente au Petit Saint-Bernard qui permet de prendre un rythme sportif soutenu. J'ai fini par Tignes et l'Iseran mais sans partir de Bourg-Saint-Maurice car j'ai eu peur de la circulation sur cette grosse route d'accès à Val d'Isère, un peu échaudé par les autres montées en stations où tout le monde avait de l'air de conduire pressé, énervé ou en ayant besoin de montrer qu'il en a une plus grosse que les autres. Je n'ai pas regretté car ça m'a laissé le temps de descendre à Bonneval-sur-Arc et de remonter, profitant du contraste saisissant entre ces deux versants de la montagne et espérant bien que ce fond de la Haute Maurienne saura pour toujours préserver sa tranquillité. 




dimanche 28 août 2022

Semaine dans les Dolomites, suite...

Après la face nord de la Civetta, nous comptions rester sur les pas de monsieur Solleder en allant faire sa voie au Sass Maor mais renseignement pris auprès du gardien du refuge de Velo della Madonna, il y déjà pas mal de cordées avec le même projet pour le lendemain, notamment des groupes du stage de guides Ensa également en déplacement dans les Dolomites. On change donc d'idée au dernier moment et nous orientons vers la logique combinaison des voies Castiglioni-Detassis à la Pala del Rifugio et Weissner-Kees au Sass d'Ortiga, située l'une au-dessus de l'autre et proposant mine de rien plus de 900 mètres d'escalade. 

Partis tôt du parking, les difficultés modérées et un rocher alvéolé d'excellente qualité nous permettent d'avancer d'un bon pas dans la première voie sur la Pala del Rifugio, en progressant souvent simultanément parmi les merveilleux paysages du Val Canali.


 

Dessin en deux secondes de Kaoli dans le cahier sommital de la Pala del Rifugio
 
D'ici, le magnifique pilier du Sass d'Ortiga se dresse à portée de main, une invitation à la grimpe...


Bien que raide et orgueilleux, ce pilier se gravit sans dépasser le V, à part un court passage en 6a quelques mètres sous le sommet. C'est certainement une des plus belles escalades des Dolomites dans ce niveau de difficulté, au rocher irréprochable et tellement ludique. Nous y retrouvons une cordée d'italiens arrivés directement du refuge ainsi que Mathias Dunand des Contamines-Montjoie avec des copains guides et aspis en vacances grimpantes dans le coin. Une fin de voie et retour en vallée en bande ainsi bien sympas.


Pour le dernier jour avant de faire la route de retour, il nous faut un peu de courage pour remettre le réveil à 4h puis remonter les 800 m de sentier bien raide menant au joli bivouac Carnielli au pied du Spigolo Nord-Ouest (voie Gianeselli) du Spiz di Mezzo dans le val Pramper au-dessus de Forno di Zoldo. C'est une voie que je voulais faire depuis longtemps pour son tracé élégant et surtout parce qu'elle se situe dans un coin tranquille. Nous ne l'avons pas regretté. L'escalade sur ce pilier raide est très astucieuse et bien typique des Dolomites. Une belle façon de terminer ce court voyage et surtout de garder l'eau à la bouche pour d'autres aventures sud-tyrolienne que j'espère très prochaines...