dimanche 19 septembre 2021

Mozart au refuge des Cosmiques

Hier et aujourd'hui, je me suis retrouvé un peu par hasard à accompagner un quatuor de musiciens au refuge des Cosmiques, qui allaient en soirée jouer Mozart de la plus belle des manières. Un petit tour au Mont Blanc du Tacul dans l'après-midi m'a permis de constater que l'automne pointe bien le bout de son nez avec les premières chutes de neige...






vendredi 17 septembre 2021

Bravo David et Morgan

David Labarre et Morgan Perissé dont je parlais dans mes derniers post ont bien pu finir leur périple hier, en arrivant à Aspet où habite David. Mardi, ils sont montés au refuge d'Espingo et mercredi ils ont pu gravir avec le guide Fred Talieu le Grand Dièdre des Spijeoles dans une ambiance assez humide. Jeudi matin, ils sont repartis de Luchon puis ont franchi les Col des Ares avant de se laisser glisser sur Aspet. C'était pour tous une si belle aventure humaine. Merci à Pierre Perissé d'avoir été le maître d'œuvre de ce projet. Les images sont dans la boîte, reste à en faire un documentaire...








mardi 14 septembre 2021

David Labarre à la Paroi de la Cascade

Dans mon dernier post, je parlais de David Labarre, qui lui-même se surnomme "le bigleux", parcourant les cols en tandem de Pau à Aspet avec Morgan Périssé, tout en gravissant au passage des faces pyrénéennes. Après la voie Sud-Est à l'Ossau lundi avec Christian Ravier et le Pène Sarrière ensemble jeudi, nous nous sommes dirigés tous les trois samedi vers l'incontournable et magique Cirque de Gavarnie. Nous y avons choisi la voie Adagas-Malus qui remonte la paroi à gauche de la Grande Cascade, un itinéraire hors-normes, hors-modes, que l'on ne gravit pas pour le plaisir de la gestuelle, bien qu'on puisse trouver dans l'escalade herbeuse et délitée des saveurs particulières et que se mouvoir dans ces terrains demande une certaine agilité, que les isards maîtrisent fort mieux que nous. L'écoulement de la Grande Cascade y déroule un fond sonore tout à fait à la hauteur du site et son flux emporté ici ou là au gré des bourrasques après avoir effectué le grand saut est toujours un spectacle ensorcelant.

David comme toujours était en grande forme et la journée s'est déroulée comme nous l'imaginions, sans encombre et dans la joie, avec Morgan aux manettes pour lui indiquer les prises et aussi parfois le laisser décrypter seul les passages car le sens du terrain de David est exceptionnel. Il parlera mieux que moi de l'expérience mais je crois qu'il a été très content de découvrir ce style d'ascension qui fait appel à d'autres qualités que l'escalade classique en rocher sûr. Après être descendus par la voie De Monts qui demande encore un peu d'énergie et d'attention, nous avions une sacrée banane en arrivant à l'Hotel du Cirque. Comme une sensation d'avoir fait un pied de nez à la vie. Je les ai quitté en soirée pour prendre directement la route de Chamonix avec beaucoup de mélancolie et dimanche, David et Morgan ont franchi les cols du Tourmalet et d'Aspin sous l'orage puis bivouaqué à Arreau. Aujourd'hui lundi ils sont arrivés à Luchon par le col de Peyresourde. Maintenant les Spijeoles les attendent si la météo se veut conciliante...












jeudi 9 septembre 2021

David Labarre au Pène Sarrière

David Labarre est, parmi tout ce qu'il est, malvoyant de naissance. Il évolue dans la vie avec un petit angle de vision lui permettant de distinguer quelques formes, selon les éclairages. Natif d'Arguenos, près d'Aspet dans le Comminges, il a toujours entretenu une relation intime et passionnelle avec la nature. Il va régulièrement seul au Pic de Cagire au-dessus de chez lui, prend son VTT seul aussi sur les pistes de son coin et part marcher plusieurs jours à l'aventure, motif d'anecdotes épiques de perdition qui nous font mourrir de rire lorsqu'il se met à les raconter. Ce type a même une fois remis un bataillon de militaires en exercice mais néanmoins égarés, sur le droit chemin. Il a joué à haut niveau en cécifoot au Toulouse Football Club, finissant par devenir vice-champion olympique de la discipline avec l'équipe de France en 2012 à Londres, face au Brésil. Ha les Brésiliens... il parait que maintenant, ils font des reprises de volley sur corner avec un bandeau sur les yeux pour battre le gardien, qui lui, en cécifoot, a toute sa vue. Les brésiliens...

La rencontre de David avec les ariégeois Fred Talieu et Pierre Périssé, guides, AMM, cinéastes, entrepreneurs, bons vivants, imitateurs, humoristes, passionnés, un coeur avant tout, l'a d'abord menée à l'Aneto, puis au Mont Blanc. Lorsqu'ils sont venus me voir cet hiver pour parler de leur nouveau projet, autour d'une bouteille de génépi local finalement décanillée aux alentours de 4h du matin, avant d'en entamer autre, nous avons tout de suite accroché. Le projet, que nous réalisons ces jours-ci, avec un documentaire à la clef sous l'impulsion de Pierre, consiste à relier par les routes de montagne Pau et Aspet en vélo, ou plutôt en tandem, piloté par Morgan Périssé le fils de Pierre, qui finira sa formation de guide l'été prochain, en gravissant au passage la voie Sud-Est Classique à l'Ossau, la Face Nord Classique du Vignemale et le Grand Dièdre des Spijeoles.

Dimanche, premier jour du périple, nous sommes montés ensemble au col du Pourtalet puis à Pombie. Lundi, c'est avec Christian Ravier et Morgan, Pierre et Kevin à la prise de vue, que David a escaladé la Muraille de Pombie par ses ingénieuses et magiques fissures ravieresques. Nous avons tous halluciné en les voyant de retour au refuge à 17h, frais et dispos pour fêter ça dignement, David commentant qu'il s'agissait là d'une bien belle voie avec un ou deux pas un peu compliqués, mais sans jamais tirer au clou ou se reposer sur la corde. Pas d'ça chez les Labarre. Christian, qui était aux manettes juste devant pour lui indiquer les prises s'est rendu compte qu'il n'avait jamais autant parlé en une seule journée. Toutes circonstances confondues.

Mardi, l'équipe est descendue à la maison pour se reposer mais surtout rendre visite au magazin de cycles de Laurent Tillous à Arette, qui avec sa passion et son professionnalisme pour tout ce qui touche de près ou de loin à la Petite Reine a réglé un problème de transmission sur le tandem. Il est vrai que monter un col avec la chaîne qui saute une dent sur trois, c'était pas fastoche, même pour un David Labarre. Hier mercredi, David et Morgan ont repris la route, montant les cols d'Aubisque et du Soulor, puis s'avançant jusqu'à Aucun où ils ont laissé le tandem. Depuis dimanche, nous scrutions la météo pour cette affaire de face nord du Vignemale que nous devions gravir ensemble vendredi et samedi avec un bivouac 4 étoiles au pied de la bande de schistes rouges mais avec des orages prévus chaque jour en milieu d'aprem, nous avons du revoir nos plans. Je doute que même une fiole de génépi n'aurait pas fait l'affaire face aux éléments, ou alors j'ai définitivement passé l'âge, ce qui commence à être probable. C'est partie remise, l'animal a de la suite dans les idées et nous aussi.

Ainsi, au tempo des plans B jusqu'à F qui édulcorent la vie des guides et des montagnards, nous nous sommes dirigés aujourd'hui vers le Pène Sarrière pour gravir sa Face Est puis sa vertigineuse Taillante, bien que le vertige, David n'en ait que faire. Ce qui ne l'a pas empêché de dire de temps en temps au plus étroit de l'arête que "houla, là il y a du vide et c'est dommage qu'il y ait ce brouillard, on voit rien du tout". Martin mon fils, Pierre et Benoît étaient aux images et je parie que ça va être super, "excellent" même comme dirait Martin sur qui j'ai déteint. Demain vendredi, David et Morgan filent à Gavarnie en tandem. Ils parlent de mal aux fesses mais tant que c'est que là, franchement ça va. Demain soir je les rejoins pour de nouvelles tribulations samedi sur les parois exotiques du Cirque. Moi je vous le dis, cette histoire va finir au Pilier du Freney ou à la Walker, ou les deux. 





mercredi 8 septembre 2021

Début d'automne à Pombie

Quand on aime... on y revient. Encore un petit séjour à l'Ossau pour gravir lundi l'éperon nord de la Pointe de France avec Hervé puis mardi la voie Sud-Est Classique avec Florian et aujourd'hui, enfin nous avons pu trouver un créneau météo et de disponibilités réciproques, la Sud-Est Classique avec Martin mon fils. Que du bonheur !





mercredi 1 septembre 2021

Fin d'été à Pombie

C'est toujours une chance pour moi d'avoir des gens qui me demandent de l'escalade à l'Ossau, tant on est bien là-haut, autour du refuge comme en paroi. Cette fois c'est Lucas qui s'est vu offrir pour des 21 ans trois journées avec moi. Bien qu'il n'ait jamais grimpé auparavant sur du rocher et uniquement un petit peu en SAE, on a pu visiter, grâce à sa motivation et une belle adaptation, des classiques comme la voie des Surplombs, la traversée des Quatre Pointes et la voie Sud-Est Classique. Ces journées ont aussi été l'occasion de revoir plein de copains et copines travaillant aussi dans le coin et de retrouver le samedi soir tous les jeunes et moins jeunes des groupes régionaux pyrénéens de jeunes alpinistes FFCAM. Damien Lacaze et les jeunes du groupe Aquitaine ont profité de leur stage pour répéter la voie "Elevator Emocional" en face ouest du Grand Pic, en libre sauf un pas, j'en profite donc pour modifier un peu le topo